La valeur des « bons à rien »

par | 2 Oct 2023 | Croire | 1 commentaire

Dominicain de Toulouse, le Père Sylvain Detoc a publié en 2022 un livre au titre provocateur : "La gloire des bons à rien" (Cerf). Bons à rien et valeureux, est-ce compatible ? Entretien avec l’auteur.

Dans votre livre, vous rappelez que le mot « gloire » signifie « ce qui a du poids » : qu’est-ce qui a du poids chez les bons à rien puisque, précisément, ils ne sont bons à rien ?

Père Sylvain Detoc : Vous avez raison, le titre du livre est à décoder ! Bien sûr, personne n’est « bon à rien » aux yeux de Dieu. Notre poids, nous dit la Bible, ressemble à celui d’un métal précieux. À nos propres yeux, certes, nous ne sommes pas très brillants… Nous nous sentons souvent lourds et opaques : lourds de notre pâte humaine et lourds de notre péché. Eh bien ! l’un n’empêche pas l’autre, si l’on suit saint Irénée de Lyon. Ce grand docteur expliquait aux chrétiens de la fin du IIe siècle que chacun de nous est un chef-d’œuvre façonné par Dieu : notre glaise, Dieu la pétrit ; elle est dans sa main ! Et Dieu ne s’arrête pas là : cette glaise, en Jésus, Dieu la revêt d’or pur, pour qu’elle devienne toute lumineuse. Bref, notre condition humaine, si minérale, n’est pas évacuée, mais transfigurée. Quelle alchimie !

« Notre valeur auprès de Dieu ne vient pas de nos mérites, comme si nous pouvions « acheter » l’estime de Dieu »


Si la gloire est « ce qui a du poids », ne faut-il pas chercher ce poids, ce qui pèse, autrement dit ne faut-il pas chercher à être valeureux ?

Je distinguerai deux sens de « valeureux ». Être valeureux, c’est avoir de la « valeur », n’est-ce pas ? Or notre valeur auprès de Dieu ne vient pas de nos mérites, comme si nous pouvions « acheter » l’estime de Dieu. Dans la deuxième prière eucharistique de la messe, par exemple, le prêtre dit « tu nous as estimés dignes de nous tenir devant toi » ; pourtant, quelques minutes plus tard, nous disons tous ensemble : « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir ». Alors, dignes ou pas dignes ? Par nous-mêmes, effectivement, nous ne sommes pas dignes de Dieu ; mais Dieu, Lui, pose sur nous un regard qui nous rend dignes. Notre valeur, donc, c’est d’abord de Lui qu’elle vient, pas de nous. Mais une fois que nous avons découvert notre valeur inestimable sous son regard, alors oui, nous avons envie de devenir « valeureux », c’est-à-dire, au second sens du terme, « braves », « courageux »… bref, meilleurs.

Comment donc trouver l’équilibre entre la quête de gloire propre à l’homme et l’exigence chrétienne de l’humilité ?

Depuis le péché originel, Satan nous fait croire que notre relation avec Dieu ressemble à un bras de fer. C’est son mensonge le plus réussi. Non. Il n’y a pas de rivalité entre le Créateur et ses créatures. « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant » (saint Irénée, encore !). Déployer notre humanité – tout en ayant conscience de nos limites – ne fait pas d’ombre à Dieu, au contraire. Les enfants font-ils du tort à leurs parents quand ils s’épanouissent ? Non, évidemment. Cela ne les empêche pas de savoir que tout ce qu’ils ont, et même tout ce qu’ils sont, ils le doivent à leurs parents d’une manière ou d’une autre. Être humble, c’est être reconnaissant et lucide. L’humilité n’entraîne pas un misérabilisme pieux, mais un profond réalisme.

Avez-vous un exemple pour comprendre cela ?

Je pense à sainte Bernadette Soubirous, à qui la Vierge Marie est apparue à Lourdes – c’est à Lourdes qu’est né mon livre, pour les pèlerins du Rosaire, pèlerinage dominicain dont j’étais le prédicateur en octobre 2022. La famille de Bernadette était plongée dans la misère quand les apparitions ont commencé ; la gamine était quasi analphabète. Mais sa forte personnalité, Bernadette ne s’est pas privée de l’exercer : joyeuse et libre, devant les prêtres comme devant les autorités anticléricales de la ville. Bien plus tard, à Nevers, une jeune religieuse la voit arriver et s’exclame, dépitée : « C’est ça, Bernadette ? » ; notre sainte ne se démonte pas et répond : « Eh oui, ce n’est que ça ! » On se souvient aussi de sa réponse aux incrédules : « Je ne suis pas chargée de vous le faire croire, je suis chargée de vous le dire. » Être une sainte ne signifie pas forcément exténuer son humanité…

« En chaque personne, nous verrions un saint en puissance si nous la regardions comme Dieu la regarde. »


Revenons à votre livre. Le bon à rien, n’est-ce pas celui qu’on punit avec un bonnet d’âne et qu’on met dans un coin ? Qu’y a-t-il de séduisant, à vos yeux, chez un tel homme ?

Effectivement, ce n’est pas glorieux. Les nuls ne sont pas attirants. Pire encore, ils se convainquent eux-mêmes qu’ils ne feront pas l’affaire, qu’ils sont incompétents… En relisant la Bible d’une façon un peu impertinente, comme je l’ai fait dans ce livre, on découvre que ces gens-là ne déplaisent pas à Dieu. Lui, il voit le « potentiel » de bonté que sa grâce peut faire fructifier en eux. En chaque personne, nous verrions un saint en puissance si nous la regardions comme Dieu la regarde. Le vieil Abraham, Moïse le bègue, Gédéon le nain, Amos le « bouseux », et tant d’autres encore : la plupart n’ont pas commencé leur « carrière » en attirant l’attention de Dieu en vertu de leurs compétences. C’est l’inverse, là encore. Dieu les a rendus capables d’accomplir leur mission, au fur et à mesure de leur chemin de communion avec Lui. Saint Paul compare les apôtres à des vases d’argile renfermant un trésor. Au moins, avec les bons à rien, on ne risque pas de confondre le Message et les messagers. Voilà qui devrait nous faire réfléchir en ces temps de désillusion ecclésiale.

Sans aller jusqu’à promouvoir le surhomme nietzschéen, ne faut-il pas aspirer à être des hommes forts, solides et fermes ?

« Un homme, ça ne pleure pas, mon garçon ! » Vraiment ? Ce n’est pas ce que disent les grands monuments de la littérature mondiale. Dans l’Iliade et l’Odyssée, les héros d’Homère pleurent très souvent. Dans La Chanson de Roland, aussi : Charlemagne et ses chevaliers ne craignent pas de montrer leurs sentiments. Les vies de saints, comme celle de saint Dominique, sont pleines de larmes également. Ce besoin qu’a l’homme moderne de retenir ses émotions pour ne pas perdre la face pose bien des questions. Pour un chrétien, cependant, c’est en Jésus qu’éclosent les vraies réponses : être l’homme le plus « accompli » que la terre ait porté n’évacue pas les larmes sur Lazare, les tressaillements d’allégresse en compagnie des petits, la colère contre les vendeurs du Temple, l’angoisse de l’Agonie, le cri d’abandon sur la croix… Aujourd’hui, les idéologies du « genre » exacerbent les passions autour du masculin et du féminin. La foi, elle, ramène le projecteur sur l’humain. Être chrétien ne nous dispense pas d’être humain.

« Découvrir par la foi que notre vie n’est pas destinée à faire naufrage dans la tombe mais à fleurir dans la lumière de Dieu, c’est la source d’une joie et d’une paix immenses. »


Nous autres, hommes du quotidien et de l’ordinaire, devons-nous nous contenter d’être juste ce que nous sommes ? Ne devons-nous pas viser plus : être chaque jour un peu meilleur que la veille ?

Aller plus haut, oui, mais à condition de partir sur une bonne base. Se contenter d’être des créatures, par définition limitées, voilà qui est indispensable. Le fantasme de « toute-puissance », c’est ruineux et épuisant ! Sous cet angle, si l’impression cuisante de notre faiblesse nous aide à consentir au réel, tant mieux. Mais le « potentiel » de bonté que j’évoquais tout à l’heure doit se déployer. Le christianisme n’est pas une sinécure. La parabole des talents le montre : fructifier est une exigence évangélique. Du reste, le mauvais serviteur de la parabole, Jésus le traite de « bon à rien », et son sort final n’est pas très enviable. Assurément, l’Évangile n’est pas un encouragement à la médiocrité. En somme, le curseur, je le bouge à tâtons pour arriver à la juste mesure : accepter d’être ce que je suis, accepter d’être qui je suis ; mais ne pas me résigner pour autant à vivre en-deçà du projet de Dieu sur moi.

Finalement, votre livre est-il une invitation à se réconcilier avec soi-même ?

Oui : si le lecteur est mis sur la voie de cette réconciliation avec sa condition humaine et son histoire personnelle, je n’aurai pas écrit ce livre pour rien. Mais mon intention n’est pas de donner dans le genre « développement personnel ». Cette démarche est trop « horizontale » ; elle risque de laisser la personne dans une posture très autocentrée. La foi, au contraire, est une réponse à l’invitation solaire que Dieu nous lance, elle nous tourne vers Lui comme des tournesols. La vie chrétienne consiste finalement à marcher sur une ligne de crête : avancer entre les chimères d’un idéalisme religieux qui frôle l’infrahumain au nom du surnaturel, d’un côté, la résignation à la médiocrité de notre vie terrestre, de l’autre. Sans doute faut-il du temps pour que cette marche s’accomplisse et peut-être des faux pas dans un sens ou dans l’autre.

Que souhaitez-vous aux hommes qui sont en train de lire cet entretien ?

Je leur souhaite de goûter le bonheur de se savoir dans la main de Dieu, même quand ils ont l’impression d’être loin de Lui. Sa main, Dieu ne la retire pas. Comprendre que notre vie est tirée du néant par Quelqu’un qui n’a pas d’autre motif que son immense bienveillance et découvrir par la foi que cette vie n’est pas destinée à faire naufrage dans la tombe mais à fleurir dans Sa lumière, c’est la source d’une joie et d’une paix immenses.

Propos recueillis par Joseph Vallançon

Couverture du livre du Père Sylvain Detoc publié en septembre 2022 aux édition du Cerf : La gloire des bons à rien.


Résumé du livre par l’éditeur :

Des nuls. Des bons à rien. Des incompétents. Hélas ! Voilà ce que nous sommes à côté des vedettes de l’évangélisation et des champions de la vie chrétienne…
Vraiment ? Et si les grandes figures bibliques elles-mêmes étaient plus proches des « sous-doués » que des héros de péplum ? Et si Dieu était en fait un très mauvais DRH ? Abraham et Sara ? Trop vieux, Moïse ? Jérémie ? Trop bègues. On n’en finirait pas de relever les défauts que font valoir les amis de Dieu pour s’interdire d’être choisis. Et dans le Nouveau Testament, le recrutement n’est guère plus brillant. Pierre ? Un lâche. Paul ? Un fanatique. Sans parler de Marie-Madeleine ! Pourtant, ce sont ces frères et sœurs en humanité que Dieu a engagés au service de la mission la plus incroyable de tous les temps : annoncer l’Évangile. Cessons donc de vouloir à toute force nous défaire de notre pâte humaine ! Cette glaise a beau nous paraître lourde, Dieu l’appelle à partager sa gloire. Un livre plein d’humour pour nous réconcilier avec notre humanité.
La gloire des bons à rien, Sylvain Detoc, Le Cerf, 160 pages, sept. 2022, 16,00€

Partagez l'article
Joseph Vallançon
Journaliste depuis une dizaine d'années, Joseph Vallançon est l'animateur et le directeur de LOUIS qu'il a lancé en pensant à tous ses pairs, pères ou pas pères, et pas toujours pépères face au tsunami de la déconstruction anthropologique. Le but ? Former et informer en donnant toujours des repères. Plus d'infos dans la rubrique "A propos".

Soutenez notre aventure !

Pour rester libre et indépendant, et pour financer le travail de chaque auteur, nous vous proposons de faire un micro-don à ce dernier. Merci pour votre pourboire !

Vous aimerez aussi…

Mai 18 2024

Un homme de justice

[Série : 8/12] Droit dans ses affaires, intègre dans le respect du repos dominical, Louis Martin ne transige ni avec le devoir de justice dans son travail, ni dans celui...
François Ier armé chevalier par Bayard à la bataille de Marignan
Avr 29 2024

Le chevalier Bayard (1475-1524) : un héros pour aujourd’hui ?

C’est l’un des hommes les plus fameux de notre Histoire de France dont on fête, ce mardi 30 avril, le 500e anniversaire de la mort. Ses contemporains le célébrèrent...
Avr 20 2024

Jean Tulard : « Il y aura rupture le jour où les Français auront été éliminés par des habitants de la planète Mars »

Quelle est la plus belle époque de l’Histoire de France ? Quelle est la plus grande force des Français ? La Révolution française constitue-t-elle une rupture dans notre histoire...
Avr 14 2024

Un homme de tempérance

[Série : 7/12] Petit à petit, Louis Martin apprit à maîtriser ses instincts et son caractère. En s’exerçant chaque jour à s’améliorer, au gré de sa vie familiale et sociale, il...
Bataille de Crécy
Avr 09 2024

Discernement : quand l’erreur stratégique bouleverse l’Histoire de France…

Moins connues que nos victoires, de nombreuses fautes militaires jalonnent pourtant notre passé, avec pour certaines des conséquences cruciales sur le destin de notre pays....
Mar 31 2024

« Si nous ne sommes pas les « obligés » de Jésus ressuscité, qui le sera ? »

Aux confins d’un mois, d’un temps liturgique et en plein renouveau de la nature, ce dimanche de Pâques 2024 résonne d’une note particulière cette année : saurons-nous l’écouter ?...
Mar 18 2024

La psychologie de saint Joseph

Parmi les révélations privées dont l’histoire de l’Eglise est parsemée, celles dont a bénéficié Maria Valtorta, une mystique italienne du XXe siècle, sont remarquables. Peut-on...
Mar 09 2024

80e anniversaire de sa mort : l’esprit de Tom Morel.

Officier et résistant français, le lieutenant Tom Morel est une figure qui peut inspirer beaucoup d’hommes chrétiens. A l’occasion du 80e anniversaire de sa mort, ce...
Mar 03 2024

Un homme de prudence

[Série : 6/12] Dans sa relation à sa femme (Zélie), comme dans l’éducation de ses cinq filles et la gestion de sa fortune, Louis Martin incarne la sage prudence du père de...
Crise paysanne
Fév 21 2024

Crise agricole : le chant du crépuscule ?

[Edito] Alors que débute ce 24 février le Salon de l’agriculture, le gouvernement reste confronté aux revendications des agriculteurs. L’avenir et la vocation de ceux-ci sont un...
La volonté pour avancer
Fév 14 2024

« La méthode Vittoz fraye un chemin de vigilance et de présence capable de soutenir notre vie spirituelle »

Arrivés en période de Carême, on peut s’inquiéter de ne pas arriver à mobiliser sa volonté pour pratiquer la pénitence et les œuvres de charité propres à ce temps-là. Et si la...
Fév 08 2024

Un homme de force

[Série : 5/12] Louis Martin n’était pas seulement costaud. Sa vie témoigne également d’une grande force intérieure qu’il manifesta dans les difficultés et les souffrances qu’il...
Jan 23 2024

La sexualité conjugale selon le Docteur de l’Amour divin (2/2)

[EXCLUSIVITE] Comment se comporter chrétiennement avec son épouse dans le lit conjugal ? De la pureté du lit à la sexualité exemplaire des éléphants en passant par l’onanisme,...
Jan 23 2024

La sexualité conjugale selon le Docteur de l’Amour divin (1/2)

Avant de découvrir la traduction inédite du chapitre 39 de l’ « Introduction à la vie dévote » où saint François de Sales s’exprime sur la sexualité dans le couple, mieux vaut...
Jan 18 2024

IVG et euthanasie : à quoi bon se battre ?

Alors qu’est en train de se jouer la constitutionnalisation du droit à l’avortement et la loi autorisant l’euthanasie, Nicolas Tardy-Joubert, président de la Marche pour la vie...

Commentaires

1 Commentaire

  1. Avatar

    j’ai particulièrement apprécié ces lignes dans cet interview autour du thème « les bons à rien » :

    la plupart n’ont pas commencé leur « carrière » en attirant l’attention de Dieu en vertu de leurs compétences. C’est l’inverse, là encore. Dieu les a rendus capables d’accomplir leur mission, au fur et à mesure de leur chemin de communion avec Lui. Saint Paul compare les apôtres à des vases d’argile renfermant un trésor. Au moins, avec les bons à rien, on ne risque pas de confondre le Message et les messagers.

    Et aussi la réponse de l’auteur à cette question :

    Sans aller jusqu’à promouvoir le surhomme nietzschéen, ne faut-il pas aspirer à être des hommes forts, solides et fermes ?

    « Un homme, ça ne pleure pas, mon garçon ! » Vraiment ? Ce n’est pas ce que disent les grands monuments de la littérature mondiale. Dans l’Iliade et l’Odyssée, les héros d’Homère pleurent très souvent. Dans La Chanson de Roland, aussi : Charlemagne et ses chevaliers ne craignent pas de montrer leurs sentiments. Les vies de saints, comme celle de saint Dominique, sont pleines de larmes également. Ce besoin qu’a l’homme moderne de retenir ses émotions pour ne pas perdre la face pose bien des questions. Pour un chrétien, cependant, c’est en Jésus qu’éclosent les vraies réponses : être l’homme le plus « accompli » que la terre ait porté n’évacue pas les larmes sur Lazare, les tressaillements d’allégresse en compagnie des petits, la colère contre les vendeurs du Temple, l’angoisse de l’Agonie, le cri d’abandon sur la croix…

    Merci à l’interviewer et à l’interviewé !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *