Jean Tulard : « Il y aura rupture le jour où les Français auront été éliminés par des habitants de la planète Mars »

par | 20 Avr 2024 | Aimer | 0 commentaires

Quelle est la plus belle époque de l’Histoire de France ? Quelle est la plus grande force des Français ? La Révolution française constitue-t-elle une rupture dans notre histoire ? Et l’actualité dans tout ça ? Le plus grand historien français encore en vie, Jean Tulard, répond spontanément à Louis. Interview.

Quelle est, à vos yeux, l’époque de l’Histoire de France où les Français ont été le plus heureux ?

C’est peut-être la Belle Epoque, entre la guerre de 1870 et celle de 1914. La guerre menace à l’extérieur (on veut reprendre l’Alsace et la Lorraine aux Prussiens), mais il y a alors une espèce de frivolité, de bonheur même. C’est le triomphe de la bourgeoisie – une bourgeoisie éclairée qui a d’énormes qualité, peut-être même plus que la noblesse d’Ancien Régime. On sort du Second Empire avec tous les bienfaits que cette période a procurés. Une page a été tournée, celle de la guerre de 1870. Pour la bourgeoisie, c’est une période parfaitement heureuse.

… mais pas pour la classe ouvrière, si ?

La Belle Epoque ne fut pas pire pour les ouvriers que sous le second Empire. La grande époque pour eux fut le premier Empire parce qu’il n’y avait alors pas de chômage du fait de la conscription sous les drapeaux et parce que les salaires des ouvriers étaient relativement élevés compte-tenu de la pénurie de main d’œuvre. Les ouvriers ont gardé de Napoléon 1er un souvenir ému et ce sont eux qui vont voter pour Napoléon III.

Ne pensez-vous pas que l’époque la plus heureuse fut le Moyen-Age, notamment celle du roi Louis IX, au-delà des misères, des maladies ou des fléaux propres à ce temps-là ? N’est-ce pas à ce moment que la France connu sa plus grande ferveur et donc sa plus belle effervescence ?

Je suis embarrassé pour vous répondre car je ne suis pas un spécialiste de saint Louis. Il y avait tout de même à l’époque les Croisades qui éloignaient les hommes de leur famille, des épidémies… Je ne suis pas sûr que la vie d’alors fut plus confortable que celle de la Belle-époque. On ne peut juger du bonheur d’une époque seulement à travers le prisme du spirituel. Il faut aussi tenir compte du bien-être matériel.

« La plus grande force des Français ? Le patriotisme ! »

Quelles sont, à vos yeux et au regard de l’histoire, les plus grandes forces des Français ?

Ça l’a été mais ça ne l’est plus, c’est le patriotisme ! C’est Valmy avec les soldats volontaires de la Révolution française qui s’écrient : « Vive la Nation ! » lorsqu’ils partent à l’assaut des Prussiens le 20 septembre 1792. Ce cri de « Vive la Nation ! » enterre une autre Europe, celle de Mozart et de Rivarol, autrement dit celle des Lumières. Avec Valmy, on revient à l’Europe des nations. La France tire alors sa force dans le sentiment national. D’ailleurs, le mot chauvinisme en vogue à l’époque vient d’un soldat français dénommé Chauvin. A l’époque, les Français sont nationalistes. C’est donc bien ce sentiment de la nation qui a fait notre force et qui peut-être, à l’heure actuelle, est en train, de nous perdre, à cause de son affaiblissement.

En dehors de ce nationalisme qui est, somme toute, un sentiment moderne, quelles autres forces distinguez-vous dans la globalité de l’Histoire de France ?

Difficile de vous répondre puisque je suis avant tout spécialiste de la Révolution et de l’Empire. Mais regardez : déjà, au Moyen-Age, on voit poindre le sentiment national. Pensez, par exemple, à la bataille de Bouvines qui est une grande victoire des Français ! Je pense vraiment que c’est le sentiment national qui est la principale force de notre pays.

« Le plus grand danger pour la France ? L’éclatement du sentiment national, justement ! »

Quelle est à vos yeux le plus grand danger qui guette aujourd’hui notre pays ?

C’est justement l’éclatement du sentiment national et donc l’éclatement de la France ! Car la France peut s’éclater ! N’oubliez pas qu’elle a été constituée de provinces du temps des rois. Mirabeau parlait même du « royaume désuni » en 1789. En créant les départements, on a voulu détruire les particularismes locaux. Or, aujourd’hui, il y a des « territoires perdus » où ni la police, ni la justice ne peuvent vraiment faire leur travail. Nous allons donc vers un éclatement : à l’avenir, certaines zones seront islamiques quand d’autres seront bretonnes, corses, etc. Ce danger de l’éclatement est une réelle menace pour notre pays.

Voyez-vous des solutions pour contrer ou empêcher cette menace ?

Il faut réinsuffler l’esprit national. Je vais passer sans doute pour un réactionnaire en disant cela mais c’est bien en enseignant l’Histoire de France comme il se doit aux écoliers, aux collégiens et aux lycéens que les jeunes générations se sentiront solidaires aussi bien des Croisés et de saint Louis que des Volontaires de Valmy ou des Poilus de 14-18. En tant qu’historien, je ne peux guère évoquer d’autres solutions.

« Je suis avant tout un « prophète du passé » plutôt qu’un prophète de l’avenir.

Dans la situation actuelle et la pente dangereuse où glisse notre pays, quelles sont les raisons d’espérer ?

L’historien est un prophète du passé. Je ne me trompe jamais lorsqu’il s’agit de raconter la bataille d’Austerlitz ou celle de Valmy parce que je sais comment elles se terminent. Mais en ce qui concerne l’avenir et les raisons d’espérer, l’historien n’est pas le mieux placé pour en parler. Je reste donc avant tout un « prophète du passé » plutôt qu’un prophète de l’avenir.

Mais, l’Histoire est pleine d’enseignements, non ? A partir de notre passé, ne peut-on pas se faire une idée de l’avenir ?

Comme historien, je constate que la France est une terre de guerre civile et religieuse. Vous avez la guerre des Armagnacs contre les Bourguignons (pendant la Guerre de Cent-Ans), la guerre entre catholiques et protestants (guerres de religion, celles qui furent les plus terribles dans notre histoire), la guerre des révolutionnaires contre le camp contre-révolutionnaire, le conflit entre dreyfusards et anti-dreyfusards, celui entre collaborateurs et résistants (pendant la Seconde Guerre Mondiale). Aujourd’hui, la montée de l’Islam va entraîner inévitablement des conflits avec la laïcité et le christianisme. Il me semble qu’à nouveau, nous allons vers une guerre civile. Mais je ne suis pas politologue et ne peux guère vous en dire plus.

« On trouve dans notre histoire les solutions aux défis de notre époque. »

Face à cela, que peut-on faire ?

On peut rechercher dans l’Histoire des solutions. Il y en a de très nombreuses. Si le massacre de la Saint Barthélémy a été un échec, celui de l’édit de Nantes a permis de rétablir la paix religieuse et a valu à Henri IV sa popularité (pensez à la fameuse « Poule-au-pot »). Il faut donc puiser dans l’Histoire des solutions. La France sort des luttes révolutionnaires grâce au Consulat qui pacifie le pays et lui donne des institutions qui sont parvenues jusqu’à nous. A ce titre, je reconnais que l’historien peut être utile et que – comme je le disais tout à l’heure – il faut enseigner l’Histoire de France fidèlement.

A vos yeux, l’Histoire de France est-elle continue ? Ou bien la Révolution française représente-t-elle une cassure ou une rupture ?

Je pense qu’il y a une continuité. Simplement, il y a une force montante, à savoir la bourgeoisie, qui s’élève face à une force déclinante, la noblesse. Et la bourgeoisie va prendre le pouvoir. Mais elle récupère les nobles. Et la France continue de vivre…

Il n’y a donc pas un avant et un après la Révolution ?

Non, il y a continuité : le pouvoir judiciaire reste puissant après la Révolution. Et tout recommence… De même que les Parlements d’Ancien Régime s’opposaient au pouvoir royal, aujourd’hui, les contre-pouvoirs restent nombreux : le Conseil Constitutionnel, la magistrature, etc. L’homme reste toujours homme… !

L’expression « Ancien Régime » évoque pourtant bien, en elle-même, qu’il y a un régime ancien et un nouveau ? Et donc, un avant et un après… ?

L’Ancien Régime est une expression qui évoque la période de la monarchie absolue. Pas celle, par exemple, du Moyen-Age. Louis XIV n’a ainsi rien à voir avec saint Louis. Il y aura rupture le jour où les Français auront été éliminés par des habitants de la planète Mars qui viendront s’installer chez nous et qui établiront autre chose que ce que nous avons connu jusque-là. Pour l’instant, l’homme reste l’homme ! C’est avec la psychologie que l’on raconte l’Histoire.

Propos recueillis par Joseph Vallançon

Partagez l'article
Joseph Vallançon
Journaliste depuis une dizaine d'années, Joseph Vallançon est l'animateur et le directeur de LOUIS qu'il a lancé en pensant à tous ses pairs, pères ou pas pères, et pas toujours pépères face au tsunami de la déconstruction anthropologique. Le but ? Former et informer en donnant toujours des repères. Plus d'infos dans la rubrique "A propos".

Soutenez notre aventure !

Pour rester libre et indépendant, et pour financer le travail de chaque auteur, nous vous proposons de faire un micro-don à ce dernier. Merci pour votre pourboire !

Vous aimerez aussi…

Mai 18 2024

Un homme de justice

[Série : 8/12] Droit dans ses affaires, intègre dans le respect du repos dominical, Louis Martin ne transige ni avec le devoir de justice dans son travail, ni dans celui...
François Ier armé chevalier par Bayard à la bataille de Marignan
Avr 29 2024

Le chevalier Bayard (1475-1524) : un héros pour aujourd’hui ?

C’est l’un des hommes les plus fameux de notre Histoire de France dont on fête, ce mardi 30 avril, le 500e anniversaire de la mort. Ses contemporains le célébrèrent...
Avr 14 2024

Un homme de tempérance

[Série : 7/12] Petit à petit, Louis Martin apprit à maîtriser ses instincts et son caractère. En s’exerçant chaque jour à s’améliorer, au gré de sa vie familiale et sociale, il...
Bataille de Crécy
Avr 09 2024

Discernement : quand l’erreur stratégique bouleverse l’Histoire de France…

Moins connues que nos victoires, de nombreuses fautes militaires jalonnent pourtant notre passé, avec pour certaines des conséquences cruciales sur le destin de notre pays....
Mar 31 2024

« Si nous ne sommes pas les « obligés » de Jésus ressuscité, qui le sera ? »

Aux confins d’un mois, d’un temps liturgique et en plein renouveau de la nature, ce dimanche de Pâques 2024 résonne d’une note particulière cette année : saurons-nous l’écouter ?...
Mar 18 2024

La psychologie de saint Joseph

Parmi les révélations privées dont l’histoire de l’Eglise est parsemée, celles dont a bénéficié Maria Valtorta, une mystique italienne du XXe siècle, sont remarquables. Peut-on...
Mar 09 2024

80e anniversaire de sa mort : l’esprit de Tom Morel.

Officier et résistant français, le lieutenant Tom Morel est une figure qui peut inspirer beaucoup d’hommes chrétiens. A l’occasion du 80e anniversaire de sa mort, ce...
Mar 03 2024

Un homme de prudence

[Série : 6/12] Dans sa relation à sa femme (Zélie), comme dans l’éducation de ses cinq filles et la gestion de sa fortune, Louis Martin incarne la sage prudence du père de...
Crise paysanne
Fév 21 2024

Crise agricole : le chant du crépuscule ?

[Edito] Alors que débute ce 24 février le Salon de l’agriculture, le gouvernement reste confronté aux revendications des agriculteurs. L’avenir et la vocation de ceux-ci sont un...
La volonté pour avancer
Fév 14 2024

« La méthode Vittoz fraye un chemin de vigilance et de présence capable de soutenir notre vie spirituelle »

Arrivés en période de Carême, on peut s’inquiéter de ne pas arriver à mobiliser sa volonté pour pratiquer la pénitence et les œuvres de charité propres à ce temps-là. Et si la...
Fév 08 2024

Un homme de force

[Série : 5/12] Louis Martin n’était pas seulement costaud. Sa vie témoigne également d’une grande force intérieure qu’il manifesta dans les difficultés et les souffrances qu’il...
Jan 23 2024

La sexualité conjugale selon le Docteur de l’Amour divin (2/2)

[EXCLUSIVITE] Comment se comporter chrétiennement avec son épouse dans le lit conjugal ? De la pureté du lit à la sexualité exemplaire des éléphants en passant par l’onanisme,...
Jan 23 2024

La sexualité conjugale selon le Docteur de l’Amour divin (1/2)

Avant de découvrir la traduction inédite du chapitre 39 de l’ « Introduction à la vie dévote » où saint François de Sales s’exprime sur la sexualité dans le couple, mieux vaut...
Jan 18 2024

IVG et euthanasie : à quoi bon se battre ?

Alors qu’est en train de se jouer la constitutionnalisation du droit à l’avortement et la loi autorisant l’euthanasie, Nicolas Tardy-Joubert, président de la Marche pour la vie...
Jan 14 2024

Saint Remi : l’homme-clé par lequel la France fit alliance avec Dieu.

À l’occasion de sa fête, le 15 janvier, redécouvrez la figure de saint Remi qui, en baptisant Clovis, fût un homme décisif dans notre histoire. Un acte qui marqua le début...

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *