« La paix est le fruit d’un combat »

par | 4 Oct 2023 | Croire | 1 commentaire

Le combat spirituel de saint François fut celui d’un chevalier qui se « désarma », se désappropria de lui-même et de son œuvre, jusqu’à ressembler au Crucifié. Entretien avec Luc Adrian qui vient de publier « François d’Assise, le chevalier sans armure » (Éditions Emmanuel, octobre 2023).


Que nous dit François d’Assise sur le combat spirituel d’un chrétien ?

Que le combat est inévitable… et qu’il est source de joie profonde. Plus nous acceptons de nous laisser saisir par Dieu et façonner par Lui, plus il y a de résistances en nous. « En amour, ceux qui refusent le combat sont plus grièvement blessés que ceux qui y prennent part », soutenait Oscar Wilde. De même dans la vie spirituelle qui est une croissance dans l’Amour. Or croître ne va pas sans crise, sans mue, sans tiraillement, sans écartèlement. Rimbaud soutenait que « le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d’hommes ». Le troubadour d’Assise aurait donné raison au poète de Charleville. Mais il aurait ajouté que ses fruits sont une paix et une joie que le monde ne peut donner.

Vous insistez, dans votre livre, sur les combats intérieurs de François. Pourquoi ?

On a tendance aujourd’hui à mettre davantage en lumière le frère pacifique et « œcuménique », le pauvre parmi les pauvres, l’écologiste avant la lettre chantant le Créateur…Cela peut être réducteur. François Bernardone ne serait pas devenu un « Autre Christ », comme on le surnomma, sans être passé par la Passion de son divin maître. C’est du cœur du Crucifié que jaillit la « joie parfaite ».

Pouvez-vous résumer son itinéraire ?

Exercice délicat… Disons que François, jeune homme flamboyant de la bourgeoisie dorée d’Assise, a une âme généreuse, de grand désir. Il veut une vie pleine de sens – dans tous les sens du terme. Mais il expérimente assez vite la vanité, la vacuité, l’amertume des plaisirs qu’offre l’argent. Alors, il rêve d’être chevalier et de mettre son épée au service d’une grande cause, d’un grand Prince. Et là, patatras. Lors d’un affrontement musclé contre les milices de Pérouse, la cité voisine, il est fait prisonnier et va passer un an en geôle.

Une sorte de retraite forcée ?

Exactement. Là, commence le retournement qui mènera à sa conversion. En effet, après bien des péripéties et quelques reculades, l’apprenti-chevalier réalise que le Grand Prince qu’il veut servir c’est le Christ, et que seul Dieu peut combler sa soif d’absolu. Mais pour se laisser emplir par Dieu, il va devoir renoncer à tout ce qui n’est pas Dieu, et se désapproprier de lui-même et de sa volonté propre.

C’est-à-dire ?

Pour François, le péché  ̶  ce qui bloque la relation avec Dieu  ̶  consiste à s’approprier sa propre volonté et à « s’exalter du bien que le Seigneur dit et opère (en nous et par nous) ». En un mot : l’orgueil. J’identifierai grossièrement trois étapes dans ce travail de désappropriation de François. Il se désapproprie d’abord de l’avoir. Pour ne pas être prisonnier des biens, François se dépouille de tout, jusqu’à se dénuder physiquement devant l’évêque d’Assise. Il épouse pour toujours « Dame Pauvreté ». Moins l’homme possède, plus il appartient à Dieu, le Souverain Bien à l’origine de tous biens, et plus il dépend des autres. Désormais, François n’a plus rien en propre. Il goûte tout ce qu’il reçoit comme un don, un cadeau de Dieu : c’est l’un des secrets de sa joie.

La deuxième étape ?

La lutte contre ses passions, ces tentations qui le referment sur lui-même : la colère, la tristesse, la luxure, la vanité…  On les combat en cultivant la vertu qui leur est contraire : la douceur, la joie, la discrétion, la chasteté, la reconnaissance, etc. Cela passe aussi par la lutte humiliante contre ses répulsions. Celles-ci, chez François, culminent dans son dégoût des lépreux. La troisième étape pourrait être la désappropriation de son œuvre. Celle-ci se développe si bien, si vite, que François est dépassé. Sa « création » lui échappe ! Il va la remettre à l’Église afin qu’elle la structure et la pérennise, mais il peine à faire confiance aux clercs qui la prennent en main. C’est une époque de tensions, qui culmine dans un pic de grande épreuve. François est assailli par les doutes, le pessimisme, la tristesse, la confusion. Ses frères ne le reconnaissent plus.

Que se passe-t-il ?

Le fondateur se méfie du nouveau supérieur de l’Ordre et craint que sa fraternité soit détournée de sa vocation première. J’imagine aussi que François traverse une nuit de la foi : Dieu s’absente, se retire de lui. Selon son biographe Thomas de Celano, les démons « lui envoyaient des tentations de plus en plus fortes à mesure que croissaient ses mérites (…) et s’acharnaient à le ramener à la médiocrité ». De plus, il est accablé par la culpabilité de ses fautes, il craint d’avoir emmené ses frères dans une impasse, il doute même de son salut. Il s’effondre dans une solitude glacée et frôle le désespoir – l’arme préférée de l’Adversaire. Il mène alors le combat de la persévérance aride dans le désert de la confiance aveugle.

Comment s’en tire-t-il ?

C’est Dieu qui l’en tire ! François crie au secours. Le Seigneur lui demande d’offrir son œuvre dans un abandon total. Et Il l’assure, en retour, de son salut, tout en le rassurant sur le sort de la Fraternité : « Tu dois tout tenir pour une grâce ». J’aime cette phrase de saint François : « Si je garde patience et ne suis pas ébranlé, je te dis que cela est la vraie joie et la vraie vertu et le salut de l’âme. »

A travers ces combats, Dieu a donc purifié François de ce qui restait en lui d’orgueil et d’amour propre ?

Oui, c’est cela ! Le Petit pauvre rejoint le Christ dans son abaissement et son humilité. Il lui ressemble à ce point que le Crucifié grave dans sa chair les stigmates de Sa passion. Ces marques lui rappellent ce que ses péchés ont fait endurer à son Sauveur ; François en pleure de tristesse, de componction, mais aussi d’action de grâce. Ses stigmates ne lui sont pas donnés comme une médaille du mérite ! Ils lui rappellent aussi les propos de saint Paul : « C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, moyennant la foi. Ce salut ne vient pas de vous, il est un don de Dieu ; il ne vient pas des œuvres, car nul ne doit pouvoir se glorifier. » (Ep. 2, 8-9)

Une parole du nouveau testament qui combat les velléités orgueilleuses…

… Et qui me fait penser à cette phrase du Père Marie Dominique Molinié : « Vous mesurerez votre humilité à votre confiance, parce que, pour avoir confiance, il ne faut pas se regarder, mais regarder uniquement Dieu et ce qu’Il veut faire. » Tout combat spirituel se résume, je crois, à un combat contre l’orgueil, cette tentation originelle de nous prendre pour dieu – et donc, de nous passer de Dieu. L’humilité permet la confiance et aussi l’action de grâce pour toute l’œuvre de Dieu en nous : sans Lui, nous ne pouvons rien faire. C’est Lui qui remporte le combat en nous. C’est pourquoi la contemplation du crucifié tient une si grande place dans la prière de François.

Comment celui qu’on canonise déjà de son vivant, demeure-t-il dans l’humilité ?

En rendant grâce, précisément, pour la vie et les dons reçus. En acceptant toutes les humiliations de la vie ; en s’en imposant parfois. Et en ne cessant de contempler, jusqu’à l’anéantissement, l’humilité de Dieu : que ce soit en s’émerveillant devant la puissance du Créateur qui se dissimule derrière la beauté de ses œuvres ; en servant les pauvres et les lépreux en qui il reconnaît le visage défiguré et mal aimé du Crucifié ; enfin, en s’abîmant dans l’adoration eucharistique. Ce Tout-puissant que François contemple dans la gloire de Sa création, est le même qui s’humilie jusqu’à se faire homme, et s’abaisse à demeurer parmi nous dans une minuscule hostie.

Un dernier point à souligner ?

Oui, et pas des moindres : François, est sans cesse accompagné de frère Léon, son confesseur et « directeur spirituel ». Il a éprouvé la puissance de feu du Tentateur. Aussi se confesse-t-il souvent à Léon, et prend conseil sans modération. Le sacrement de pénitence est un antidote puissant contre l’orgueil et un repoussoir pour son maître subtil.


Résumé du livre par l’éditeur :

Du sang, des larmes, de l’aventure, des combats, du suspens, des lumières fulgurantes et des ténèbres épaisses… La vie de François d’Assise est un roman. C’est comme tel que Luc Adrian nous la raconte dans cette biographie jubilatoire. En dépoussiérant l’un des plus grands saints par son approche résolument originale et décalée, ce page-turner dévoile avec authenticité le cœur brûlant du frère universel. Dont la radicalité évangélique révèle alors toute sa modernité…
À la suite de Julien Green ou Éloi Leclerc, Luc Adrian nous offre une biographie romancée de saint François dans un style extrêmement fort et original. Fous-rires, émotions et contemplation garantis pour les 13-93 ans.

François d’Assise. Le chevalier sans armure. Luc Adrian, éditions de l’Emmanuel, octobre 2023.

Partagez l'article
Joseph Vallançon
Journaliste depuis une dizaine d'années, Joseph Vallançon est l'animateur et le directeur de LOUIS qu'il a lancé en pensant à tous ses pairs, pères ou pas pères, et pas toujours pépères face au tsunami de la déconstruction anthropologique. Le but ? Former et informer en donnant toujours des repères. Plus d'infos dans la rubrique "A propos".

Soutenez notre aventure !

Pour rester libre et indépendant, et pour financer le travail de chaque auteur, nous vous proposons de faire un micro-don à ce dernier. Merci pour votre pourboire !

Vous aimerez aussi…

Avr 20 2024

Jean Tulard : « Il y aura rupture le jour où les Français auront été éliminés par des habitants de la planète Mars »

Quelle est la plus belle époque de l’Histoire de France ? Quelle est la plus grande force des Français ? La Révolution française constitue-t-elle une rupture dans notre histoire...
Avr 14 2024

Un homme de tempérance

[Série : 7/12] Petit à petit, Louis Martin apprit à maîtriser ses instincts et son caractère. En s’exerçant chaque jour à s’améliorer, au gré de sa vie familiale et sociale, il...
Bataille de Crécy
Avr 09 2024

Discernement : quand l’erreur stratégique bouleverse l’Histoire de France…

Moins connues que nos victoires, de nombreuses fautes militaires jalonnent pourtant notre passé, avec pour certaines des conséquences cruciales sur le destin de notre pays....
Mar 31 2024

« Si nous ne sommes pas les « obligés » de Jésus ressuscité, qui le sera ? »

Aux confins d’un mois, d’un temps liturgique et en plein renouveau de la nature, ce dimanche de Pâques 2024 résonne d’une note particulière cette année : saurons-nous l’écouter ?...
Mar 18 2024

La psychologie de saint Joseph

Parmi les révélations privées dont l’histoire de l’Eglise est parsemée, celles dont a bénéficié Maria Valtorta, une mystique italienne du XXe siècle, sont remarquables. Peut-on...
Mar 09 2024

80e anniversaire de sa mort : l’esprit de Tom Morel.

Officier et résistant français, le lieutenant Tom Morel est une figure qui peut inspirer beaucoup d’hommes chrétiens. A l’occasion du 80e anniversaire de sa mort, ce...
Mar 03 2024

Un homme de prudence

[Série : 6/12] Dans sa relation à sa femme (Zélie), comme dans l’éducation de ses cinq filles et la gestion de sa fortune, Louis Martin incarne la sage prudence du père de...
Crise paysanne
Fév 21 2024

Crise agricole : le chant du crépuscule ?

[Edito] Alors que débute ce 24 février le Salon de l’agriculture, le gouvernement reste confronté aux revendications des agriculteurs. L’avenir et la vocation de ceux-ci sont un...
La volonté pour avancer
Fév 14 2024

« La méthode Vittoz fraye un chemin de vigilance et de présence capable de soutenir notre vie spirituelle »

Arrivés en période de Carême, on peut s’inquiéter de ne pas arriver à mobiliser sa volonté pour pratiquer la pénitence et les œuvres de charité propres à ce temps-là. Et si la...
Fév 08 2024

Un homme de force

[Série : 5/12] Louis Martin n’était pas seulement costaud. Sa vie témoigne également d’une grande force intérieure qu’il manifesta dans les difficultés et les souffrances qu’il...
Jan 23 2024

La sexualité conjugale selon le Docteur de l’Amour divin (2/2)

[EXCLUSIVITE] Comment se comporter chrétiennement avec son épouse dans le lit conjugal ? De la pureté du lit à la sexualité exemplaire des éléphants en passant par l’onanisme,...
Jan 23 2024

La sexualité conjugale selon le Docteur de l’Amour divin (1/2)

Avant de découvrir la traduction inédite du chapitre 39 de l’ « Introduction à la vie dévote » où saint François de Sales s’exprime sur la sexualité dans le couple, mieux vaut...
Jan 18 2024

IVG et euthanasie : à quoi bon se battre ?

Alors qu’est en train de se jouer la constitutionnalisation du droit à l’avortement et la loi autorisant l’euthanasie, Nicolas Tardy-Joubert, président de la Marche pour la vie...
Jan 14 2024

Saint Remi : l’homme-clé par lequel la France fit alliance avec Dieu.

À l’occasion de sa fête, le 15 janvier, redécouvrez la figure de saint Remi qui, en baptisant Clovis, fût un homme décisif dans notre histoire. Un acte qui marqua le début...
Jan 07 2024

Un homme de charité

[Série : 4/12] La foi et l’espérance de Louis Martin s’incarnaient en une charité concrète, par mille et un gestes jalonnant sa vie familiale, amicale et civique. Des faits et...

Commentaires

1 Commentaire

  1. Avatar

    Merci de cette belle initiative qui nous permet à la lumière de l’Esprit Saint d’accomplir pleinement notre vocation d’homme, d’époux et de père. Fraternellement, Lionel

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *